JEAN ANDREAU - INGENIEUR

                                 

JEAN ANDREAU      1890 / 1953









J'ai découvert Jean ANDREAU et ses recherches le jour où j'ai vu les rares clichés de la DELAGE V12 construite pour le GP de l'ACF 1937. Cette automobile me fascine depuis et j'ai voulu en savoir plus sur son histoire et le créateur de sa carrosserie.
Dans le grand "courant aérodynamique" des années 30, il est un des seuls en France à avoir une approche véritablement scientifique de cette spécialité, alors qu'un Georges PAULIN avait une approche de l'aérodynamique beaucoup plus basée sur l'observation et qu'un Emile CLAVEAU était peut-être plus intuitif. Jean ANDREAU se rapproche plus de "l'école allemande"d'un JARAY, d'un KAMM ou de RUMPLER.
J'ai longtemps cherché des documents ou une biographie sur la vie et les travaux de Jean ANDREAU; il n'existe que quelques articles incomplets dans des revues ou ouvrages bien souvent liés à la DELAGE V12.
Quelle ne fut pas ma joie cette année à RETROMOBILE de voir un visiteur sur mon stand me déclarer: "mais c'est la voiture dessinée par mon grand père !" en désignant mon tableau représentant la DELAGE. Je venais de faire la connaissance de Pierre ANDREAU. Suite à nos longues discussions et à un échange de mails, j'ai ainsi pu faire plus ample connaissance avec cet ingénieur visionnaire dont les recherches et travaux font toujours autorité, et pas seulement dans le domaine de l'automobile.


Que Pierre ANDREAU et son fils Nicolas soient ici remerciés pour m'avoir confié des documents et photos personnelles qui m'ont  permis  de publier cette page







Né en Béarn en 1890, Jean ANDREAU est diplômé de l'école de Saint Cyr; gravement blessé dès le début de la grande guerre, il entre au service technique de l'armée. Il travaille (déjà!) sur le profilage des obus et sur les canons destinés notamment à l'aviation; à cet effet, il fit beaucoup d'expérimentations à la soufflerie EIFFEL. Dès 1918 il étudia des systèmes de transmission automatique pour moteurs de faible puissance et déposa de nombreux brevets. Rapidement il s'intéressa au développement de l'automobile avec le souhait toujours présent de trouver des solutions simples et bon marché comme la mise au point d'un système original d'amortisseur en intercalant un corps apportant un frottement entre les lames de suspension, ce qui limitait les vibrations. En 1924, il construisit un moteur à course variable ayant un consommation record de 165g/cv/heure de carburant;Il collabora dès cette époque avec CITROËN pour l'étude de moteurs 4 et 6 cylindres. Puis il entra chez DONNET pour étudier et construire une monocoque à traction avant. Ce fut ensuite CHAUSSON où il fit des tests aérodynamiques sur des maquettes en bois pour ensuite présenter ses recherches lors de nombreuses conférences dans le monde automobile. Jean ANDREAU pressentit dès cette époque l'avènement de moteurs à réaction dans l'aéronautique et expérimenta ceux ci malgré les problèmes posés par l'inadaptation des matériaux de l'époque qui se déformaient sous l'action des hautes températures atteintes. Puis ce fut l'expérimentation d'une voiture à 3 roues entièrement carénée à traction avant et direction sur l'unique roue postérieure; il reconnut rapidement son erreur dans ce domaine.
Toutes ses études et expérimentations lui permirent d'acquérir une certaine notoriété dans le domaine de l'aérodynamique et du rendement des véhicules; ses dessins de carrosserie sont extrêmement avant-gardistes pour l'époque et on peut considérer Jean ANDREAU comme un pionnier dans ce domaine.

LA DUBONNET DOLPHIN 1935


















Vers 1935 débute une collaboration avec André DUBONNET, industriel bien connu de l'apéritif, génial touche à tout et inventeur d'un système de suspension qui porte son nom.
La DOLPHIN (l'identification est évidente) voit le jour en 1935, monocorps avant l'heure à moteur central V8 FORD et boite COTAL; l'accès aux places avant se fait par une unique porte frontale et la dérive caractéristique à l'arrière. La fabrication de cette carrosserie est assurée par LETOURNEUR et MARCHAND. Mise au point à MONTHLERY et testée  sous le contrôle de l'ACF, la DOLPHIN marque un avantage certain (35% en vitesse de pointe et 25% en consommation) par rapport à une auto conventionnelle équipée du même moteur.
André DUBONNET présente sa voiture aux ETATS-UNIS, mais là bas comme en FRANCE d'ailleurs, sa conception trop avant-gardiste pour l'époque choque le public qui n'est pas prêt pour adopter ce type d'automobile; l'échec de la CHRYSLER AIRFLOW au même moment est dans toutes les mémoires.

Selon certaines sources, la DOLPHIN existerait toujours quelque part aux USA...

LA DELAGE V12


















A la même époque, Louis DELAGE décide de créer une voiture de course fermée à moteur V12 conforme à la nouvelle réglementation de l'ACF pour lutter contre l'hégémonie des marques allemandes soutenues par le reich. Il demande à Jean ANDREAU de dessiner une carrosserie aérodynamique; celle ci sera construite par la carrosserie LABOURDETTE en adoptant son pare brise breveté VUTOTAL (sans aucun montant assurant une meilleure visibilité au pilote). ANDREAU réalise une maquette en bois à échelle réduite (qui existe toujours) pour les essais en soufflerie. La DELAGE est un chef d'oeuvre de fluidité, avec son soubassement entièrement caréné et sa grande dérive caractéristique. Sérieusement accidentée aux essais du Grand Prix de l'ACF 1937  à MONTHLERY, elle est réparée et présentée au salon de l'Auto de la même année sur le stand du carrossier LABOURDETTE. Ce sont malheureusement les deux seules apparitions de ce chef d'oeuvre démantelé ensuite.

PEUGEOT N4X













La seule automobile dessinée par Jean ANDREAU dans ce style si caractéristique qui subsiste aujourd'hui est la PEUGEOT 402 N4X, prototype issu d'une série de 6 construits pour répondre au souhait de la firme de Sochaux de proposer à sa clientèle une voiture de série profilée. Le premier prototype réalisé fut même doté d'un V8 expérimental présenté au Salon de l'Auto 1936.
L'accueil peu enthousiaste du public et la situation sociale et internationale peu encourageante provoquèrent l'abandon du projet présenté comme "la voiture de l'année 1940...!"
Pour l'anecdote, la rétribution du travail de Jean ANDREAU pour ce projet était établie au prorata des km/h gagnés par rapport au modèle de série conventionnel !

RECORD DU MONDE - 575 km/h en 1938

La renommée de Jean ANDREAU fit qu'il fut commissionné pour dessiner le THUNDERBOLT, monstrueux engin de record à 6 roues entièrement caréné qui améliora le record du monde de vitesse sur le lac salé de BONNEVILLE dans l'UTAH aux Etats- Unis.
A son volant, Georges EYSTON atteignit la vitesse de 575 km/h le 16 septembre 1938.
Selon Jean ANDREAU, l'engin était capable de dépasser largement les 600 km/h !

DERNIERS PROJETS AUTOMOBILES

La seconde guerre mondiale n'arrêta pas les recherches de Jean ANDREAU, malgré les conditions matérielles très difficiles.
La MATHIS VL333 fut présentée en 1946, inspirée par les premiers essais de voiture à 3 roues à mécanique CITROËN. Cette petite voiture (3roues, 3places, 3 L/100 ) est un modèle d'aérodynamisme et d'homogénéité avec un Cx de 0,20 lui permettant d'atteindre 105km/h avec un moteur de 700 cm3 pour une consommation moyenne de 2,5l au 100.
Quelques prototypes dont certains entièrement en panneaux de bois collés furent construits mais la production en série ne débuta jamais.

AUTRES PROJETS - LES EOLIENNES



Parallèlement à ses activités dans le domaine de l'automobile, Jean ANDREAU s'intéressa dès 1920 à l'énergie éolienne. Son expérimentation fut menée intensivement pendant la deuxième guerre mondiale où les difficultés d'approvisionnement en énergie devinrent cruciales. Il mit au point un système original "d'éoliennes à dépression" pour lequel il obtint en 1950 une médaille d'or du Comité des Arts Economiques. Ce système relativement simple et de coût moindre que les éoliennes en fonctionnement aujourd'hui  pourrait connaître un regain d'intérêt prochainement.


                                                                                      Jean ANDREAU ne cessa jamais de chercher, de concevoir et d'expérimenter jusqu'à sa mort le 25 juin 1953.

_______QUESTIONS________



  • Jean ANDREAU est il l'auteur du dessin des  carrosseries des TALBOT- LAGO de course comme j'ai pu le lire dans une revue ? de quels modèles ? merci pour toute  précision à ce sujet

  • Je recherche aussi tout documents (photos ou autres) sur les automobiles dessinées par Jean ANDREAU


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : mardi 30 octobre 2018